← Toutes les actualités

Une expérience de la Fondation Jean Lapointe lève le voile sur l’accessibilité aux drogues – 4 jeunes, 6 villes, 1 après-midi

image-pour-video-sur-site-internetMontréal, le lundi 28 novembre 2016 – La Fondation Jean Lapointe a mis en ligne une vidéo-choc filmée en caméra cachée pour démontrer la facilité d’accès aux drogues, éveiller les parents à cette réalité et réitérer l’importance de la prévention. Cette expérience en vidéo cachée démontre concrètement ce à quoi les adolescents québécois sont exposés, et l’importance d’en parler.

Quatre jeunes ont accepté de se prêter au jeu de la caméra cachée pour démontrer à quel point il est facile de se procurer de la drogue dans la rue. En un seul après-midi, six quartiers différents ont été visés dans des secteurs favorisés et défavorisés, en ville et en banlieue. Sous l’œil vigilant de l’équipe de production de B-612 et de gardes du corps, quatre jeunes ont fait l’expérience dans la Petite-Bourgogne, à Longueuil, à Laval, dans le Mile-End, à Westmount et à Pointe-Claire.

En moins de 5 minutes, les transactions étaient conclues, que ce soit pour obtenir du cannabis ou de la cocaïne. De notre expérience, beaucoup de parents ignorent ou refusent de voir qu’il est possible et facile pour les adolescents d’acheter de la drogue.

En parler maintenant, pour plus tard

« Comme mère de deux enfants, je sais l’importance de ne pas jouer l’autruche, surtout avec ce que j’ai vécu avec des personnes près de moi aux prises avec des problèmes de consommation, souligne Sophie Bourgeois, porte-parole de la campagne-choc de la Fondation Jean Lapointe. C’est le lien de confiance établi entre le jeune et son parent qui sera un gage de réussite. La solution, à mon avis, et c’est là où je rejoins beaucoup la Fondation, c’est plutôt d’ouvrir le dialogue et de parler des risques de la consommation d’alcool et de drogue. »

Poursuivre la prévention à la maison

À travers cette capsule, la Fondation Jean Lapointe espère atteindre un maximum de parents sur les médias sociaux afin de s’assurer qu’ils soient bien informés de l’accessibilité aux drogues pour les adolescents, et de s’assurer qu’ils poursuivent le travail de prévention à la maison.

« Nous parlons à plus de 60 000 jeunes annuellement à travers le secondaire, et nous souhaitons que les parents poursuivent le travail à la maison. Les parents peuvent réduire jusqu’à 50 % les risques de consommation de drogue chez leur enfant simplement en parlant, réitère Annie Papageorgiou, directrice générale de la Fondation Jean Lapointe. »

APTE parents est un outil qui aide les parents à comprendre les croyances des jeunes, assurer l’harmonisation des messages de prévention et cibler les comportements à risque des jeunes vis-à-vis les substances psychoactives en renforçant leurs croyances anti-consommation.  L’outil vient également corriger les croyances erronées en matière de consommation de psychotropes.

L’initiative vise également à faire connaître le programme APTE prévention alcool et drogues dispensé par la Maison Jean Lapointe, développé en partenariat avec le Centre québécois de lutte aux dépendances et financé par la Fondation Jean Lapointe.

Pour plus d’information sur les programmes APTE, visitez notre site Internet.

À propos de la Fondation Jean Lapointe

En près de 35 ans, la Fondation Jean Lapointe est devenue le véritable chef de file de la lutte contre l’alcoolisme, la toxicomanie et les autres dépendances qui affectent la population. Elle soutient activement la Maison Jean Lapointe, reconnue aujourd’hui comme le centre par excellence de la réadaptation des toxicomanies, du jeu pathologique et de la prévention de ces problématiques au Québec.