Jean Lapointe

L’homme de la situation

Il nous a fait rire, il nous a émus aux larmes et nous a fait réfléchir plus d’une fois. Son histoire et sa lutte contre l’alcoolisme ont fait le tour du Québec. Il est aujourd’hui un modèle et une inspiration pour ceux et celles qui tentent de combattre et de vaincre leurs dépendances. C’est notre force tranquille, celle qui nous rassemble et nous unit.

Tout a commencé par une première cuite

Dès 1960, pour endurer l’atmosphère pénible des clubs où il donne des spectacles, il se soûle d’aplomb après une présentation. Il sera, par la suite, incapable de maîtriser sa consommation d’alcool. En 1962, il assiste à sa première réunion des Alcooliques Anonymes. Deux ans plus tard, il chutera de nouveau.

L’alcool aura raison des Jérolas

À partir de 1968, le duo qu’il forme avec Jérôme Lemay commence à piquer du nez après une période de succès retentissants. Les rechutes se multiplient et les conséquences de son alcoolisme sont de plus en plus désastreuses: bagarres dans les clubs, arrestations, hospitalisations… À cette époque, personne ne comprend qu’il est un homme malade.

En mai 1974, il commence à boire avant un spectacle et se réveille à l’hôpital Saint-Luc. Au bout du rouleau, il prend la décision d’entrer au centre Beaver, un organisme offrant des services de traitement de l’alcoolisme, pour un séjour de six semaines. Ce sera la fin des Jérolas, mais le début de sa sobriété.

La Maison Querbes devient la Maison Jean Lapointe

Un jour, à la demande de deux membres des Alcooliques Anonymes, il accepte de participer à la mise sur pied d’un petit centre de traitement sur la rue Querbes, à Montréal. En 1982, alors qu’il est au sommet de sa carrière, Jean Lapointe consent, avec l’assentiment de sa famille, à donner son nom au centre de traitement qui vient de déménager dans le Vieux-Montréal. La Maison Querbes s’appellera désormais La Maison Jean Lapointe.

Créer une fondation pour assurer la survie de l’œuvre

En 1982, La Maison Jean Lapointe est aux prises avec des problèmes de promotion et de financement. Elle peine à survivre et à se développer pleinement. La Fondation Jean Lapointe est alors créée pour aider au financement de La Maison et accroître son rayonnement au Québec. De cette nouvelle aventure naîtront le Téléthon Jean Lapointe, les Centres Jean Lapointe pour adolescents, et d’innombrables projets et activités que La Fondation soutient depuis maintenant plus de 35 ans.

Le grand homme-orchestre du Québec

Le public l’adore, la critique l’apprécie et il occupe une place de choix dans l’espace culturel francophone. Jean Lapointe a été, tour à tour, chanteur, compositeur, interprète, humoriste, comédien et même sénateur du Canada.

En 1995, la Ville de Québec lui attribue le titre de « Grand Québécois de l’année ». Le 13 juin 2001, le premier ministre Jean Chrétien le nomme sénateur à Ottawa. Il conservera cette fonction jusqu’à sa retraite le 6 décembre 2010.

Au cours de l’année 2005, il reçoit plusieurs récompenses, dont un prix Génie, un Jutra comme meilleur acteur et un prix d’Excellence pour l’ensemble de sa carrière, en plus d’être honoré par Le Gala Juste pour rire et le Gala Les Olivier.

Enfin, en 2011, il reçoit le prix Jutra du meilleur acteur de soutien dans À l’origine d’un cri de Robin Aubert ainsi qu’un Jutra-Hommage pour l’ensemble de sa carrière lors de la 13e soirée des Jutra.