← Toutes les actualités

Lettre d’opinion – 28 jours pour la génération de demain

28 jours pour la génération de demain

Le 1er février prochain débutera la 5e édition du Défi 28 jours sans alcool. Cette initiative réalisée par et au profit de la Fondation Jean Lapointe a pour objectif de soutenir la lutte aux dépendances chez les jeunes de 12 à 18 ans. Depuis maintenant 5 ans, des milliers de personnes sont devenues la démonstration de ce qu’est une consommation contrôlée et responsable. Que ce soit la semaine, la fin de semaine ou tout le mois, ces femmes et ces hommes sont les héros d’un défi à la portée de tous.

Malheureusement, nous sommes encore confrontés aux jugements et aux critiques de plusieurs citoyens, organismes ou leaders qui dénoncent ce qu’ils perçoivent comme une « promotion de l’abstinence » et qui nuisent à la cause de la prévention. Ce défi ne vise pas à vous culpabiliser face à votre désir de prendre un verre, ni à empêcher les gens de consommer, ni à vous moraliser et surtout pas à vous dire quoi faire.  C’est pourquoi je désire profiter de notre 5e anniversaire pour rétablir les faits, effacer les perceptions, corriger les incompréhensions et inviter toutes les Québécoises et tous les Québécois à participer.

Quand les gens nous demandent pourquoi faire le « 28 jours », la réponse est simple et peut être différente pour chacune et chacun.

Tout d’abord, on le fait pour aider à prévenir la dépendance chez les centaines de milliers de jeunes Québécois âgés de 12 à 18 ans qui sont ou seront confrontés au choix de consommer ou pas et qui ont besoin d’information pour faire un choix éclairé. En effet, le défi est une occasion de supporter activement les activités de prévention de la Fondation Jean Lapointe qui touchent, chaque année, près de 100 000 jeunes, parents, enseignants et modèles. Les chiffres sont clairs : chaque dollar investi en prévention permet d’économiser 10 $ en coûts sociaux ou en traitements futurs. Notre objectif cette année est de réunir 500 000 $.

On le fait également pour devenir un mentor, un modèle, un exemple. En effet, en faisant le Défi 28 jours sans alcool, on démontre que la consommation est un choix et qu’elle n’est pas un besoin. Lorsqu’un jeune est confronté au choix de consommer ou pas, plusieurs préjugés le guident : « L’alcool permet d’avoir du fun. Ça va me dégêner. Tout le monde le fait. Si je ne bois pas, je vais être rejeté. »  Ces préjugés sont le résultat d’une culture du tabou et de la désinformation autour de la prévention que nous tenons à changer. Faire le Défi 28 jours, c’est venir provoquer un débat, favoriser une discussion et amener le sujet de la consommation dans l’espace public.  Avec la légalisation du cannabis, il est plus important que jamais de discuter de consommation, de financer la prévention et d’aller à la rencontre des jeunes pour les informer. On a une jeunesse éclairée et intelligente. Parlons-leur et montrons-leur l’exemple.

Alors pour toutes ces raisons ou pour toute autre raison qui vous motive, je vous invite à prendre une pause pour devenir un exemple, passer un message, appuyer la prévention et faire partie d’un mouvement qui aide notre jeunesse à faire les choix les plus éclairés quand viendra le temps de décider si, quand et comment consommer.  En Angleterre, plus de 3,5 millions de personnes ont fait le défi en janvier 2018. Ici au Québec, nous visons à être plus de 10 000 personnes à partir du 1er février. J’espère que nous serons encore plus nombreux durant les années à venir.

Annie Papageorgiou
Directrice générale de la Fondation Jean Lapointe